top of page

Fleurs de CBD : Ce qu’il faut savoir !


Cultivée depuis le néolithique en Chine, la plante de chanvre est l’une des premières plantes domestiquées par l’homme. Elle s’est ensuite rapidement propagée dans le monde probablement pour ses fibres solides, ses graines oléagineuses nourrissantes et les propriétés médicinales de sa résine. Le chanvre produit près de 500 molécules actives telles que le CBD, le THC, le CBDa...

Provenant du chanvre, les fleurs de CBD ne doivent pas être confondues avec les fleurs de THC car elles proviennent de génétiques différentes. Certes, ces deux molécules naissent de la même plante mais ont des propriétés propres bien différentes. Le THC est la molécule dite psychoactive, c’est elle qui procure l’effet enivrant du cannabis. Le CBD quant à lui profite de tous les bénéfices de la plante de cannabis sans l’effet psychoactif.


Caractéristiques de fleurs de CBD

Chez les plantes à fleurs, la situation que l’on retrouve le plus souvent est l’hermaphrodisme, elles sont souvent à la fois mâle et femelle. Chez la plante de Cannabis Sativa L., c’est différent : il y a une distinction entre une plante de sexe féminin et une plante de sexe masculin, excepté le cas très rare de certaines plantes soumises au stress et qui produisent alors les deux organes reproducteurs.

Les plantes de cannabis mâles sont moins populaires auprès des consommateurs, car leur seule action est de libérer du pollen dans l’air, elles ne produiront jamais de fleurs. Une fois que les graines des plantes femelles ont reçu le pollen des plantes mâles, c’est sur celles-ci que les fleurs pousseront.

Lorsqu’on choisit ses fleurs de CBD il n’est pas rare d’entendre les termes « sativa » et « indica » Ces deux termes désignent en fait, deux variétés de plantes différentes se caractérisant par une origine, une apparence et une sensation différentes.

  • Les fleurs Indica sont des fleurs originaires des montagnes, elles poussent en altitude principalement en Inde, au Maroc, au Pakistan, au Népal ou encore en Afghanistan. Les plantes sont souvent de petites tailles (dépassant rarement 1 m de haut) et poussent de façon « buissonnante ». Les fleurs de CBD Indica proposent des effets relaxants et diminuent la sensation de stress.


  • Les fleurs à dominance Sativa ont plutôt tendance à pousser dans les zones tropicales, souvent autour de l’équateur dans les pays comme la Colombie, le Mexique, la Thaïlande ou les pays africains. Les plants Sativa produisent des fleurs moins grosses que les plants Indica, alors qu’ils sont pourtant plus grands (ils peuvent mesurer jusqu’à 1m90). Les fleurs CBD Sativa sont plutôt utiliser pour stimuler votre énergie.

Indoor, Outdoor, Greenhouse... Les variétés de fleurs de CBD sont diverses et le vocabulaire pour en parler est tout aussi riche. Voici quelques explications :

Les fleurs de cannabis Indoor sont cultivées comme son nom l’indique en intérieur et peuvent être classées comme produits « hauts de gamme ». Le fait de cultiver en Indoor va permettre de favoriser la croissance de la plante grâce à un taux de CO2 plus élevé qu’une culture extérieure. En poussant en intérieur, la plante va être protégée des « parasites » extérieurs qui pourraient endommager les fleurs. A l’abri de la pluie, du vent et des intempéries, la plante va se développer et le taux de CBD peut-être plus concentré que dans les autres variétés de fleurs.

Les fleurs de cannabis Outdoor sont cultivées, à l’inverse, en extérieur et donc sans protection. Cette méthode de culture donne des fleurs imparfaites mais puissantes, de caractère et nourris avec la terre naturelle dans laquelle elles ont poussé.

Les fleurs de cannabis Green House (ou sous serre) sont un mélange entre les deux méthodes de cultures évoquées précédemment. La culture en serre permet de protéger les plantes des intempéries et changements climatiques (gel, neige, canicule, ...). La serre garantie un produit cultivé à même le sol (les sols étant plus riches que les terreaux utilisés pour la culture indoor) tout en étant protégé par le micro climat crée à l’intérieur. Tous les besoins de la fleur sont respectés ce qui donnent des plantes de bonne qualité et de magnifiques fleurs.

Lois encadrant la fleur de cannabis au CBD : droit français vs droit européen


Les fleurs de CBD restent à ce jour assez controversées en France et les lois qui les encadrent sont presque inexistantes. Cependant, la législation européenne, elle, autorise la vente de fleurs de CBD à certaines conditions. Un arrêté français datant du 22 février 1990 classait le cannabis et sa résine en tant que stupéfiants. Cela était valable pour toutes les parties de la plante, quelque soit son sexe ou sa teneur en THC.


CBD : Annulation de l’arrêté interdisant la vente des fleurs et feuilles de cannabis sans propriétés stupéfiantes.


Le Conseil d'État annule l’arrêté du 30 décembre 2021 interdisant de vendre des fleurs et feuilles de cannabis ayant un taux de THC (tétrahydrocannabinol) inférieur à 0,3 %. Il relève que le CBD (cannabidiol), qui n’a pas d’effet psychotrope et ne provoque pas de dépendance, ne peut être considéré comme un produit stupéfiant. Il retient qu’il n’est pas établi que la consommation des fleurs et feuilles de ces variétés de cannabis avec un faible taux de THC comporterait des risques pour la santé publique. Il juge illégale en conséquence l’interdiction générale et absolue de leur commercialisation.


Le code de la santé publique (article R. 5132-86) interdit la production, la commercialisation, la détention, l'achat ou la consommation de cannabis (plante, résine et produits dérivés). Mais il prévoit aussi que « la culture, l'importation, l'exportation et l'utilisation industrielle et commerciale de variétés de cannabis dépourvues de propriétés stupéfiantes » peuvent être autorisées. Sur la base de cette dérogation, un arrêté interministériel du 30 décembre 2021 a autorisé l’utilisation des fleurs et des feuilles des seules variétés de cannabis présentant une teneur en delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) inférieure ou égale à 0,3 %, pour produire des extraits respectant eux-mêmes ce taux. Mais, dans le même temps, cet arrêté a interdit la vente aux consommateurs des fleurs et feuilles « à l’état brut » des mêmes variétés, quelle que soit la forme prise dans le produit fini (tisanes, huiles, cosmétiques au CBD…).

Saisi en urgence au début de l’année 2022, le juge des référés du Conseil d’État avait suspendu l’exécution de cette interdiction par une ordonnance 24 janvier 2022.

Le Conseil d’État statue aujourd’hui au fond et juge disproportionnée l’interdiction générale et absolue de commercialisation à l’état brut des feuilles et fleurs de cannabis à faible teneur de THC, c’est-à-dire sans propriétés stupéfiantes. Il annule en conséquence cette interdiction fixée par l’arrêté du 30 décembre 2021. Le CBD n’a pas d’effet psychotrope et ne provoque pas de dépendance.

L’instruction menée au fond par le Conseil d'État a établi que la teneur en CBD et en THC varie très fortement entre les différentes variétés de cannabis. Ces deux substances, le CBD et le THC, sont les principaux cannabinoïdes végétaux essentiellement concentrés dans les fleurs et les feuilles de cannabis, mais leurs effets sont très différents. Les données scientifiques avancées par les parties ont montré que le CBD a des propriétés décontractantes et relaxantes et des effets anticonvulsivants, mais n’a pas d’effet psychotrope et ne provoque pas de dépendance, à la différence du THC. Il existe ainsi des variétés de cannabis, celles qui ont un faible taux de THC, qui ne peuvent pas être considérés comme des produits stupéfiants.

Le CBD ne crée pas de risque pour la santé publique justifiant une interdiction générale et absolue Jugeant de la légalité de l’arrêté d’interdiction, le Conseil d’État rappelle tout d’abord qu’une telle mesure d’interdiction doit être justifiée au regard de l’objectif de santé publique poursuivi et proportionnée aux risques pour la santé que présentent les substances ainsi réglementées. Il retient que les risques pour la santé dépendent des quantités de THC effectivement ingérées en fonction des produits consommés et des modes de consommation. Il juge, en l’état des données scientifiques, que la nocivité des autres molécules présentes dans les fleurs et feuilles de cannabis, notamment le CBD, n’est pas établie. Il conclut des éléments scientifiques produits dans le cadre de l’instruction que la consommation des feuilles et fleurs de variétés de cannabis présentant un taux de THC inférieur à 0,3 % ne crée pas de risques pour la santé publique justifiant une mesure d’interdiction générale et absolue de leur commercialisation.

Des tests permettent de différencier les variétés de cannabis Par ailleurs, pour justifier l’interdiction de leur commercialisation, le ministre des solidarités et de la santé faisait valoir devant le Conseil d'État que la circulation des fleurs et feuilles de variétés de cannabis dépourvues de propriétés stupéfiantes, par leur ressemblance avec les fleurs et feuilles issues de variétés de cette plante présentant des propriétés stupéfiantes, compromettrait l’efficacité de la politique de lutte contre les stupéfiants. Cependant, le Conseil d'État a relevé que le taux de THC des fleurs et de feuilles pouvait être contrôlé au moyen de tests rapides et peu coûteux permettant d’identifier les variétés présentant des propriétés stupéfiantes. Le Conseil d'État estime donc que l’efficacité de la politique de lutte contre les stupéfiants ne peut justifier l’interdiction de commercialisation, à l’état brut, de fleurs et feuilles de cannabis avec un taux de THC inférieur à 0,3 %..

LE TAUX DE CBD DANS LES FLEURS

Il est important de savoir que les taux de THC et de CBD sont étroitement liés en ce qui concerne les génétiques autorisées sur le marché français. En effet, lorsque le premier est présent en grande quantité, le second est présent en quantité plus minime. D’après les scientifiques, le ratio serait compris entre 1/20 et 1/40, c’est à dire que si une plante contient 1% de THC, elle peut contenir jusqu’a 40% de CBD. De ce fait, si la plante contient moins de 0,3 % de THC (comme la loi française l’autorise), elle contient au maximum 10% de CBD.

L’industrie du CBD a tendance à vendre des taux de CBD « gonflés ». Il n’est pas rare de trouver des produits de CBD annonçant des concentrations allant parfois jusqu’à 20%. Ces concentrations en CBD sont impossibles dans le cadre légal puisque pour respecter le taux de THC autorisé de 0,3%, la concentration maximale de CBD ne pourra pas dépasser 10%.


COMMENT CONSOMME-T-ON LA FLEUR DE CBD ?

Les fleurs de CBD peuvent être utilisées en tisane. Il suffit de faire infuser la fleur quelques minutes dans l’eau bouillante pour profiter de tous ces bienfaits apaisants. Le CBD se fixe aux corps gras, il est donc conseillé d’ajouter quelques gouttes de lait à l’infusion afin de conserver tous les bienfaits de la molécule.

Les fleurs peuvent également être incorporées à certaines recettes de cuisine pour donner du goût mais les effets seront plus diffus qu’en infusion car le taux de CBD est moins concentré.

Ce qu’il faut retenir : Les fleurs de CBD sont utilisées généralement pour réduire l’angoisse, le stress et l’anxiété. Elles permettent également d’améliorer la qualité du sommeil de façon naturelle et de réduire certaines douleurs et inflammations. Les différentes variétés de fleurs de CBD ne sont pas cultivées de la même manière, cela va permettre d’obtenir des fleurs avec des propriétés différentes et distinctes. Il faut préciser également que les fleurs peuvent être consommées de plusieurs manières différentes. Retenez également qu’il est impossible de trouver une fleur naturelle avec un taux de CBD de 20 % !

4 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page